Contactez-nous
Retour aux actualités Retour aux actualités

Chiffrage d’un projet de construction : quels sont les frais ?

Avant de se lancer dans la construction d’une maison, il est essentiel de bien définir son budget en fonction des nombreux coûts qui s’appliquent à ce genre de projet.

Du choix du terrain aux travaux de construction, en passant par les aménagements intérieurs et extérieurs, faire construire sa maison ne s’improvise pas ! C’est pourquoi le choix d’un maître d’œuvre comme Béral vous permet de ne rien laisser au hasard.

À travers le chiffrage de votre projet, Béral s’engage à vous accompagner pour identifier chaque dépense en amont afin d’éviter les mauvaises surprises pendant toute la durée du chantier.

bandeau-article-chiffrage

Les postes à prévoir dans un projet de construction :

1.Le terrain : fondations, viabilisation et bornage

Le choix du terrain n’a rien d’anodin. En effet, outre son prix d’achat, il faut prendre en compte plusieurs paramètres comme la typologie ou la localisation.

 

La typologie désigne l’inclinaison du terrain et sa nature. Ainsi, un terrain en pente pourra nécessiter l’installation de fondations renforcées, ce qui fera augmenter le prix. De même, si l’étude de sol révèle un substrat géologique fragile (argile, remblais, cavité souterraine, etc.), un surcoût sera à prévoir pour installer des fondations spéciales.

 

Autre sujet à aborder : la viabilisation. Ce point concerne les terrains nus ou isolés non raccordés aux réseaux de téléphone, d’eau, de gaz, d’électricité ou d’assainissement collectif. Si c’est le cas, vous devrez prévoir des dépenses supplémentaires pour effectuer des travaux. La facture peut ainsi s’alourdir de 5000€ à 15 000€ environ, voir plus dans le cas d’un terrain en seconde ligne.

 

Par ailleurs, pour aller au-devant d’éventuels conflits de propriété, il est nécessaire de réaliser le bornage du terrain, moyennant un coût compris entre 700€ et 1500€. Il faut ici faire appel à un géomètre expert. Dans la plus par des cas ces frais sont à la charge du vendeur.

 

→ Voir les terrains à bâtir à Strasbourg et à proximité de Strasbourg

2. Les frais de notaire et droits d’enregistrements

Qui dit achat d’un terrain, dit forcément frais de notaire. Ce coût supplémentaire qui n’a rien d’accessoire doit être intégré dans votre budget global. Les frais de notaire comprennent en fait les impôts dus à l’Etat comme la TVA et les droits de mutation ou d’enregistrement (environ 5,09% du prix du terrain). Les notaires sont simplement chargés de les collecter avant de les reverser au Trésor Public.

 

Toutefois, une partie de ces frais est allouée au notaire pour sa rémunération personnelle. On parle ici « d’émoluments » qui représentent, sauf cas exceptionnel, 7 à 8% du prix d’achat du terrain. Le notaire doit également avancer certains frais : extrait du cadastre, documents d’urbanisme, frais de publication de vente, etc. Ces coûts sont appelés les « frais et débours ».

3. La maison et ses finitions

Bien entendu, le prix de votre maison va aussi dépendre de vos souhaits personnels concernant les plans, le design et les finitions. Ainsi, le type de toit aura une incidence certaine sur le coût final. Si un toit classique est ce qui se fait de plus abordable, le choix d’un toit plat pour une maison contemporaine ou d’un toit à 4 pans sera plus onéreux.

 

De même, le matériau que vous choisirez pour vos fenêtres sera susceptible de faire gonfler la note finale. Des fenêtres en PVC conviendront mieux aux petits et moyens budgets quand le bois ou l’aluminium seront plus onéreux.

 

Le coût de votre maison dépendra aussi de vos aptitudes en bricolage et du temps dont vous disposez pour intervenir vous-même sur votre chantier. Car entre recevoir une maison « clé en main » ou « prêt à décorer », le prix n’est pas le même ! Si vous choisissez la dernière option, vous pourrez économiser de l’argent en assurant vous-même certains travaux comme la pose des sols, la peinture ou l’installation de la cuisine.

4. Le carrelage au sol et la faïence

Exposées aux projections d’eau et à l’humidité, cuisine et salle de bain doivent être équipées d’un revêtement adapté. Ainsi, le carrelage est souvent considéré comme un matériau de choix car résistant à l’usure, hermétique à l’eau et abordable. Il faut toutefois prendre en compte le prix de la pose ainsi que celui des matériaux comme la colle ou les produits de jointoiement.

 

Pour une cuisine ou une salle de bain, la qualité du carrelage impactera directement le prix d’achat (de 4€ à 80€ le m²). Pour les pièces à vivre, le choix sera plus varié entre les différents types de carrelage. Les tarifs dépendront donc essentiellement de vos goûts et de votre budget (de 3€ à plus de 100€ le m²).

 

Pour votre salle de bain, la pose d’une faïence ou d’un carrelage mural est autant un élément esthétique que de protection. Ces revêtements préservent vos murs de l’humidité et permettent d’apporter une touche plus personnelle de décoration. Mais leur coût varie énormément selon leur nature. Ainsi, la faïence à pâte rouge est souvent moins chère mais fragile quand celle à pâte blanche est beaucoup plus robuste mais moins économique. Comptez au minimum 20€ par m² et 120€ par m² au maximum.

5. Les sols stratifiés

Chambres et pièces de vie s’accommodent très bien d’un revêtement au sol stratifié. Moderne et élégante, cette surface conçue à partir de poudre de bois compressée à très haute densité imite remarquablement bien l’apparence du bois, de la pierre ou des carreaux de ciment.

 

Robuste et multiforme, le stratifié est également simple à poser car bien souvent clipsable. Mais, si l’on trouve des revêtements stratifiés à partir de seulement 5€ le m², mieux vaut investir un peu plus pour s’assurer de sa résistance à l’usure à long terme.

6. Les revêtements muraux intérieurs

Les petits budgets préféreront des solutions classiques comme la peinture ou le papier peint d’entrée de gamme quand les plus exigeants pourraient être séduits par l’originalité du carrelage mural, du béton ciré ou du lambris.

7. Une cuisine équipée

Le choix d’une cuisine équipée peut être motivé par un souci d’apparence, une question d’espace ou simplement par sa simplicité. Livrée avec tout le mobilier et l’électroménager nécessaire, la cuisine équipée est utilisable sans délais.

 

Lors de l’élaboration du devis auprès d’un cuisiniste, l’achat groupé des meubles et appareils électroménagers permet bien souvent d’obtenir une remise et de gagner du temps. Le prix se situe bien souvent entre 3000€ et 15 000€ selon le niveau qualitatif de l’électroménager (four, réfrigérateur, lave-vaisselle, etc.) et des meubles.

8. Branchements et raccordements

Branchements et raccordements constituent une étape indispensable de la réalisation de votre projet. Ces installations génèrent des coûts qu’il convient d’anticiper dans votre budget global.

 

En effet, une fois les travaux de viabilisation effectués, il vous faut encore assurer le raccordement entre les différents compteurs et votre maison. Ce sont les frais de raccordement. Ils incluent notamment l’ouverture des compteurs, les travaux de raccordement (tranchées, canalisations, etc.) et l’intervention des techniciens.

 

Encore une fois, les tarifs peuvent varier très largement d’une commune à une autre et selon la distance qui sépare votre maison des compteurs. Il ne faut pas non plus hésiter à comparer les prix des entreprises autour de chez vous.

9. Les aménagements extérieurs

Des aménagements extérieurs constituent souvent une solution de choix pour embellir un jardin et le rendre plus fonctionnel. Mais, que vous réalisiez les modifications vous-même ou que vous fassiez appel à un jardinier paysagiste, ces installations ont un coût.

 

Terrasse, patio, allée, piscine, cabanon… selon vos envies, les prix peuvent varier de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros ! De plus, il peut être nécessaire de prévoir l’évacuation des terres excavées excédentaires. Il existe pour cela des solutions gratuites et payantes à envisager selon vos besoins.

10. Facultatif : l’installation d’un dressing sur-mesure

Qui n’a jamais rêvé d’avoir à disposition son propre dressing pour ne plus avoir à fouiller dans son armoire ou sa commode tous les matins ? Si vous avez gardé suffisamment de place pour un tel aménagement dans les plans de votre maison, c’est le moment d’en profiter !

 

Selon que vous optez pour un dressing sur mesure ou en kit, le tarif peut varier du simple au double. Ainsi, de quelques centaines d’euros, on peut vite arriver à une facture finale de plusieurs milliers d’euros selon le nombre de rangements et les matériaux choisis !

 

Astuce : certains travaux comme les aménagements extérieurs peuvent être effectués au bout de 2 ans pour bénéficier ainsi d’un taux de TVA réduit à 10% !

Les taxes diverses

Tout au long de l’évolution de votre projet, vous aurez à vous acquitter de plusieurs taxes obligatoires. De montants inégaux, elles peuvent cependant être évaluées en amont.

1. La taxe d’aménagement

Venue remplacer certaines taxes locales en 2012, la taxe d’aménagement est obligatoirement due en cas de construction. Son prix est variable selon la commune ou le département.

 

Des exonérations existent selon les collectivités pour les constructions financées à l’aide d’un prêt à taux zéro. De même, un abattement de 50% sur la part forfaitaire est appliqué sur les 100 premiers m² d’une résidence principale.

2. Sur quelle base est calculée la taxe d’aménagement ?

Calculé en fonction d’un prix forfaitaire au m², le montant de la taxe d’aménagement dépend essentiellement de la taille du logement. Payable en deux fois, la taxe prend en compte l’ensemble des surfaces de planchers intérieurs et extérieurs dotées d’une hauteur de plafond d’au moins 1,80 m.

 

Supérieure à la seule surface de plancher, la surface de construction est également intégrée dans les calculs. Elle inclut en plus les aires de stationnement (parking fermé ou ouvert), le sous-sol.

 

Toutefois, la valeur forfaitaire de certains types d’installations est susceptible de fluctuer. Elle est par exemple de 200€ par m² de piscine mais peut varier selon les communes et les départements pour un abri de jardin de plus de 5m².

3. Taxe foncière : les possibilités d’exonération

La taxe foncière est due normalement chaque année par les propriétaires d’une habitation. Cependant, certains cas particuliers permettent de bénéficier d’une exonération temporaire de 2 ans :

 

  • Les agrandissements
  • Les constructions nouvelles
  • Certains travaux de conversion importants (une grande en habitation par exemple).

 

Par ailleurs, certaines catégories de personnes peuvent être exemptées de cette taxe. Ce sont par exemple les personnes invalides ou âgées de plus de 75 ans touchant des aides comme l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie).

4. La taxe pour VRD (Voirie et Réseaux Divers)

Par VRD, on désigne en fait « Voirie et Réseau Divers », un terme qui renvoie aux travaux de création de voies d’accès, de réseaux d’alimentation en électricité, en eau et en télécommunication mais aussi d’évacuation des eaux.

 

Dans certains cas, la commune où vous envisagez de faire construire votre maison peut vous demander de vous acquitter d’une taxe pour financer en partie les travaux de VRD menés par la collectivité.

5. L’ouverture des compteurs

Il est impératif de provisionner environ 1500€ pour anticiper les frais liés à l’ouverture des compteurs d’électricité et/ou de gaz. Cela inclut notamment le raccordement auprès des distributeurs ainsi que l’installation des compteurs.

6. Les autres taxes possibles

Il existe des taxes annexes qui peuvent s’appliquer selon votre localité. Par exemple, le Versement pour Sous-Densité (VSD) ne concerne que les zones urbaines ou à urbaniser des PLU (Plans Locaux d’Urbanisme).

 

Cette taxe vise à lutter contre l’étalement urbain en faisant payer les constructeurs si leur ouvrage n’atteint pas un seuil de densité minimal.

Vous voulez être contacté ?

Renseignez votre numéro de téléphone dans le champ ci-dessous et nous vous contacterons le plus tôt possible pour discuter de votre projet.

Retour aux actualités Retour aux actualités
Remonter